Retrouvez ci-dessous les dernières avancées de la Recherche, des Soins et de l'Enseignement au C.H.U Hadassah de Jérusalem, réparties par unités et par thèmes.

Vous pourrez également y découvrir les dernières actions de Hadassah France, ainsi que des nouvelles de nos branches.


Actualité du: 28 septembre 2015

Le traitement de Hadassah contre la stéatose hépatique non-alcoolique (maladie inflammatoire du foie) progresse dans les essais cliniques américains


Les essais en laboratoires testant la technologie développée au C.H.U Hadassah pour soigner la stéatose hépatique s’étendent à 25 nouveaux centres médicaux des États-Unis et de l’Australie. 
Dans sa forme la plus développée, la stéatose hépatique non-alcoolique (dite NASH) peut dégénérer encirrhose et en cancer du foie.
 
Il n’existe à ce jour aucun traitement efficace permettant de juguler la stéatose hépatique non-alcoolique (NASH), maladie inflammatoire du foie due au surdéveloppement d’amas graisseux pour des raisons autres que l’alcoolisme.
En 2014, les statistiques estimaient que 5% de la population totale des pays occidentaux était atteinte par cette maladie. La majorité des personnes touchées présente également du diabète, des taux élevés de lipides sanguins et de l’obésité.
Hadasit, plateforme de transfert des technologies du C.H.U Hadassah, et Immuron, entreprise de biopharmaceutique australienne, travaillent au développement commun d’un médicament connu sous le nom d' »IMM-124E », supposé améliorer certains indices cliniques de stéatose hépatique.
Ce projet combine l’approche de modulation immunitaire par voie orale, développée par les chercheurs du C.H.U Hadassah, et l’utilisation d’anticorps produits par Immuron.
Immuron a également annoncé le lancement d’une tournée « investisseurs » aux États-Unis, via laquelle il présentera son profil  et sa plateforme technologique à des groupes d’investisseurs américains.
 
L’entreprise a annoncé que ses essais cliniques « avançaient bien », précisant qu’une « évaluation financière récente de la NASH par la Deutsche Bank suggérait l’existence d’un marché à l’échelle internationale, estimé entre 35 et 40 milliards de dollars ».
 
Les représentants Immuron ont ajouté que la « forte prévalence d’obésité et de diabètes de type 2 au sein de la population, facteurs de développement de diverses stéatoses hépatiques d’origine non-alcoolique, accélèrent la prédominance de la NASH et fait augmenter sa part de marché ».