Depuis sa création en 1985, l’Association Hadassah France (loi de 1901) œuvre afin de collecter des fonds pour le Centre Hospitalo-Universitaire Hadassah de Jérusalem (C.H.U), établissement privé.

Hadassah France appartient à un réseau international de 30 antennes, réparties sur les 5 continents, et comptant plus de 300 000 membres.

Découvrez notre action et nos valeurs ci-dessous.


Actualité du: 20 avril 2017

Quand Hadassah, l’Ambassade d’Israël et Chypre coopèrent


Qu’il s’agisse d’un nouveau-né atteint de cardiopathie sévère ou d’une femme enceinte souffrant d’une grossesse extra-utérine inhabituelle, le C.H.U. Hadassah est connu et reconnu pour sauver la vie de patients chypriotes en les transportant en hélicoptère pour des traitements d’urgence particulièrement complexes. Néanmoins, il y a quelques jours, les rôles ont été inversés et c’est le ministre chypriote de la Santé qui a aidé à sauver la vie d’un patient israélien.

Vers 18 heures vendredi soir, veille de shabbat, un homme de 80 ans a eu un besoin vital de se voir administrer un médicament que le C.H.U. Hadassah ni aucun autre hôpital israélien ne possédaient sous sa forme intraveineuse, nécessaire à la survie de ce patient.

Le Professeur Avi RIVKIND, chirurgien senior et expert international en traumatologie au C.H.U. Hadassah, a alors contacté Herzel EDRI, Directeur de la coopération médicale au sein du Ministère des Affaires étrangères israélien, afin de faire appel à un certain nombre d’ambassades israéliennes en Europe pour tenter de localiser un exemplaire disponible de ce médicament.

Lorsque Yaël RAVIA-ZADOK, Ambassadrice de l’Etat d’Israël à Chypre, a reçu la demande, elle a alors immédiatement contacté le Ministre chypriote de la Santé, le Docteur George PAMBORIDIS (cf. photo). Celui-ci a alors mobilisé les ressources nécessaires à sa disposition et est parvenu à localiser un exemplaire disponible : « nous avons le médicament », a-t-il lancé à Madame RAVIA-ZADOK, avant de préciser « l’hôpital principal de Nicosie a mis de côté le seul exemplaire qu’il possède jusqu’à ce que vous veniez le chercher ».

Lorsque l’Ambassadrice a demandé comment procéder à la cession et au paiement de ce médicament rare, le Ministre PAMBORIDIS a répondu « Un paiement? Quel paiement? » et a refusé d’accepter une compensation financière.

Le Responsable administratif attaché à l’ambassade d’Israël à Chypre s’est alors immédiatement rendu à l’hôpital de Nicosie, afin de récupérer le précieux médicament et l’envoyer, par avion, en Israël. Le médicament a été transféré au C.H.U. Hadassah avec l’aide d’un membre de la famille du patient. Comme le rapporte avec malice le Professeur RIVKIND, « les médecins à Hadassah m’ont demandé comment nous allions obtenir le médicament sans tous les documents officiels et administratifs appropriés, mais pour sauver une vie, ces considérations sont secondaires et le commandant de bord du vol saura le mettre dans sa poche et le faire atterrir avec son appareil ».

Finalement, le médicament a atteint sa destination finale à temps comme le précise le Professeur RIVKIND : « le patient est désormais chez lui, soigné et en pleine forme ».

L’aide et la générosité des plus hautes autorités de Nicosie « incarnent la profondeur de l’amitié entre Israël et Chypre, entre les Chypriotes et les Israéliens » souligne Yaël RAVIA-ZADOK.

Le Ministère israélien des Affaires étrangères et l’Institut israélien des exportations ont décidé d’accorder une décoration au Ministre chypriote de la santé, le Dr. George PAMBORIDIS, lors de son prochain séjour en Israël. Elle sera accompagnée d’un certificat sur lequel sera inscrite la célèbre mention « Qui sauve une vie, sauve l’humanité ».

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone